La ligamentoplastie du genou est basée sur le remplacement de l’un des ligaments rompus du genou. En général, cette opération est liée au ligament antérieur (LCA) plutôt qu’au ligament croisé postérieur (LCP). La rééducation induite par ce type d’opération permet au patient de réapprendre à effectuer les différents mouvements du genou, afin de retrouver progressivement l’intégralité de ses capacités motrices.

La rééducation post ligamentoplastie : qu’est-ce que c’est ?

La rééducation post-opératoire d’une rupture des ligaments croisés repose sur 5 phases essentielles que nous vous détaillerons dans la suite de cet article. Grâce à des exercices effectués avec un professionnel de santé et basés sur différentes méthodes, le patient peut retrouver ses facultés motrices de manière progressive, jusqu’à atteindre son niveau de pré-rupture du ligament croisé antérieur ou du ligament croisé postérieur.

Quand doit-elle être mise en œuvre ?

Une ligamentoplastie demeure une intervention chirurgicale. Cela signifie que, bien que le ligament soit réparé, il n’est pas en mesure d’assurer immédiatement la stabilisation du genou. En outre, il est important de savoir que l’opération du ligament croisé peut également entraîner des réactions inflammatoires du genou et aggraver la perte de mobilité de ce dernier. 

La rééducation post-opératoire du ligament croisé est donc essentielle pour diverses raisons. La première d’entre elles réside dans le fait de soulager les douleurs liées à l’opération chirurgicale et de redonner au genou un certain niveau de souplesse. Elle permet également au patient de récupérer sa force musculaire en travaillant les muscles qui entourent le genou. Enfin, la rééducation offre également la possibilité de réattribuer au genou son rôle d’articulation, afin d’assurer la stabilité du corps entier (travail proprioceptif).

Les 5 phases de rééducation du ligament croisé

Comme nous l’avons mentionné un peu plus tôt dans cet article, la rééducation post-opératoire du ligament croisé s’articule en 5 phases distinctes : 

  • la cicatrisation ;
  • la reprise de la marche libre ;
  • la consolidation ;
  • la ré-athlétisation ;
  • la reprise du sport.

La phase de cicatrisation

Cette phase s’étend de la fin de l’intervention chirurgicale à l’ablation des points de suture. Elle permet d’assouplir le genou (obtenir un verrouillage actif en flexion et en extension de 60° à 90°) et de limiter au maximum les douleurs. 

Pour ce faire, le professionnel de santé sera, par exemple, en mesure d’effectuer des massages et de proposer au patient une physiothérapie, une électro-stimulation (dans le but de prévenir l’amyotrophie) et un travail de proprioception. En fonction de l’évolution du patient, une déambulation avec une reprise d’appui progressive à l’aide de cannes canadiennes peut être envisageable.

La phase de reprise de la marche libre

Le reprise de la marche libre intervient tout de suite après la première phase et se base sur la mobilité en appui complet, ainsi que sur la récupération de l’amplitude articulaire du genou. L’attelle du patient peut être lentement retirée, tout comme l’utilisation des cannes canadiennes peut être annihilée. 

Au terme de cette phase, l’inflammation et la douleur doivent avoir disparu. Le genou ne doit plus être protégé et l’amplitude de l’articulation doit pouvoir atteindre 120 C° en flexion et 0 C° en extension. La mobilité doit également être totale et le contrôle musculaire doit avoir recouvré un bon niveau de réflexe. Pour y parvenir, le professionnel de santé peut proposer au patient une rééducation de la marché, des activités musculaires modérées et progressives, un renforcement musculaire grâce à l’électrostimulation, etc..

La phase de consolidation

La phase de consolidation post ligamentoplastie est ensuite essentielle pour que le patient puisse reprendre confiance en son genou. Les activités proprioceptives entrent alors en jeu, en parallèle de la rééducation gestuelle (marche, vélo, steps, natation, etc.). A ce stade, le kinésithérapeute est en mesure de proposer au patient d’effectuer un travail sur les ischio-jambiers, les quadriceps, le contrôle neuro-musculaire et la proprioception.

La phase de réathlétisation

Lorsque le tendon a retrouvé sa résistance, il est possible pour le patient de commencer à pratiquer des activités qui requièrent plus de puissance et d’endurance (footing, natation, vélo, etc.). Cette phase de retour à la pratique sportive est entièrement basée sur la rééducation musculaire et le travail de l’endurance, couplée à des activités proprioceptives dynamiques.

La reprise du sport

La reprise du sport est la dernière phase notable de la rééducation post-opératoire du ligament croisé. Elle repose sur des tests isocinétiques comparatifs pour déterminer les capacités musculaires du patient, puis (si la situation le permet), un travail musculaire intense et un apprentissage des gestes sportifs.

La méthode de reprogrammation neuromotrice Allyane dans le cadre de la rééducation du ligament croisé

La méthode Allyane se base sur la proprioception, l’écoute de sons basse fréquence émis par des dispositifs médicaux brevetés et l’imagerie mentale. Elle permet d’accélérer le retour à la mobilité de patients souffrant de différentes pathologies, dont le flessum du genou, qui peut survenir à la suite d’une ligamentoplastie.

Dans ce cas de figure, le praticien certifié Allyane peut inciter le patient à relâcher ses muscles ischio-jambiers selon un protocole inspiré des méthodes de Schultz et Jacobson. Une fois les muscles relâchés, il est alors possible de traiter la réactivation du muscle garant de la stabilité du genou (le vaste interne) en identifiant les informations neuro-sensori-motrices naturelles du genou sain et en les transférant sur le membre atteint en miroir. 

Une étude clinique* présentée au congrès de médecine du sport ECOSEP en novembre 2021, montre d’ailleurs qu’une séance Allyane permet :

  • d’augmenter la moyenne d’activité musculaire (mesurée par EMG de surface**) de 41% statistiquement significative (p<0,001)
  • une réduction moyenne du flessum de 9,01 degrés statistiquement significative (p<0,001)

* Case series, evidence level 4 

** Moyenne de trois contractions isométriques du Vaste Médial Oblique

 En savoir plus sur la méthode Allyane OU Devenir praticien certifié Allyane

Nous espérons que ces quelques informations au sujet de la rééducation post-opératoire du ligament croisé vous permettront de mieux comprendre ses enjeux et ses bénéfices.